ECONOMIE

La banque mondiale inquiète de la corruption au Burundi

Le niveau de corruption au Burundi "est un sujet d'inquiétude" pour la Banque mondiale, a déclaré dimanche 7 novembre dernier à Bujumbura la vice-présidente de cette institution en charge de l'Afrique, Obiageli Ezekwesili.

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Rwanda, le Singapour africain ?

Cet article n'est accessible qu'aux membres inscrits au site.
The access to this article is restricted to the members of grandslacs.info.

Créez un compte sur grandslacs.info pour accéder à cet article.
Create an account on grandslacs.info to acess to this article.

Over 75% Rwandans spend less than 730 Francs per day – UN

Kigali: From an estimated 10million Rwandans, some 77 percent are estimated to be living on less than $1.25 a day (Approx. 730 Francs), according to the latest UN Human Development 2010. The report released Thursday also paints a grip picture on levels of poverty in Rwanda – with 81 percent of Rwandans facing more other troubles not related to income.

The report says this large percentage of Rwandans is faced with “multidimensional poverty” because they are affected by "widespread deprivations".

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

150 millions de dollars investis entre mai et août

La toute nouvelle agence de promotion de l'investissement au Burundi a annoncé début septembre que 150 millions de dollars avaient été investis dans l'économie burundaise, entre mai et août cette année.

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Les activités minières interdites au Nord, Sud Kivu et Maniema

A la suite du viol collectif de plus de 500 femmes et enfants en l'espace de quatre jours en août dernier, dans la région de Walikale, par des rebelles congolais et rwandais, le président Joseph Kabila a décidé de suspendre les activités minières pour une durée indéfinie dans trois provinces : Nord Kivu, Sud Kivu et Maniema.

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Rwanda, 6th position among the most competitive country in Africa

Rwanda enters the GCI for the first time this year at 80th position, among the top five countries in the sub-Saharan African region. As do the other compara- tively successful African countries, Rwanda benefits from strong and well-functioning institutions, with very low levels of corruption (certainly related to the govern- ment’s non-tolerance policy) and an excellent security environment.

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Le Rwanda, classé 6e parmi les pays les plus compétitifs en Afrique

Cet article n'est accessible qu'aux membres inscrits au site.
The access to this article is restricted to the members of grandslacs.info.

Créez un compte sur grandslacs.info pour accéder à cet article.
Create an account on grandslacs.info to acess to this article.

Une commission parlementaire soupçonne Museveni de corruption

Des responsables gouvernementaux ont été auditionnés le 24 août dernier par la commission des comptes publics parlementaire, au sujet de la pratique dite des "enveloppes brunes", des sommes d'argent distribuées par le président Museveni, lors de ces déplacements, aux Ougandais.

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Les bailleurs de fonds sanctionnent la corruption

Du fait de la corruption galopante, une grande part des bailleurs de fond internationaux ont pris la décision de réduire l'aide apportée à l'Ouganda de 10%, en 2011. Les bailleurs fournissent une aide de 360 millions de dollars.
La commission européenne, la Grande Bretagne, l'Allemagne, la Belgique, l'Irlande, la Norvège, les Pays-Bas, L'Autriche et la Suède réduiront donc leur aide à l'Ouganda en 2011. Bien que l'économie ougandaise soit en pleine croissance depuis une décennie, le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 24 ans, est régulièrement accusé de corruption, et de détérioration des services publics. Déjà, en mars dernier, les bailleurs de fond avaient regretté que la corruption devienne un mal endémique, et que le gouvernement, en refusant de poursuivre les graves cas de corruption, favorise le développement d'une culture de l'impunité. "La corruption galopante oblige le gouvernement à augmenter les prélèvements, mais aussi à avoir recours à la planche à billets pour combler le trou", a affirmé Bill Page, du cabinet Deloitte & Touche. En juin, l'Ouganda a annoncé une augmentation de 16% de ses dépenses pour 2010/2011, pour un budget de 3,31 milliards de dollars, abondé à hauteur de 25% par les bailleurs de fond. Le ministre des fin

Pour accéder à cet article, vous devez être connecté à votre compte, ou vous devez créer un compte en cliquant ici

Syndiquer le contenu